Philippe Schlienger

 

« La forge ! Elle impressionne. Elle rassure et fait peur en même temps. Elle est le lieu de mystère, de violence et d’émoi. Dans sa lutte ancestrale contre la matière, elle forme et transforme. Elle engendre les épreuves idéales, les épreuves d’acier… Mon grand-père alsacien que j’ai si peu approché, a travaillé une partie de sa vie dans une forge. Il avait le regard bleu acier et inspirait le respect. La forge avait une dette envers lui. Une dette qu’elle n’a jamais payée : un jour d’été, une gerbe de calamine lui a brûlé l’oeil gauche, l’œil directeur, celui avec lequel je vise. »
Philippe Schlienger

JPG - 37 ko
Epreuves d’acier. Fragments d’une forge
photographies, tirages barytés, 1995
extrait de Usine