Michel Clerbois

 

« Empreintes, traces, tels sont les mots-clefs de Michel Clerbois depuis vingt ans. Que ce soit dans son atelier-usine, rue du Doyenné à Bruxelles, à Cuba ou sur le site du défunt charbonnage campinois de Zolder dont l’histoire pourrait se résumer en une parenthèse aussi elliptique que tragique : 1907 – inauguration du charbonnage – 1977 – démolition de celui-ci. Entre ces deux dates, quelques générations de mineurs venus de Calabre ou de Cappadoce avec pour ultime horizon un boyau de mine, avec pour seul but ce charbon sans cesse arraché à la veine. Mais comme on secoue la poussière de ses souliers, on emmenait aussi le poussier au fond des poumons et comme votre ancêtre du néolithique, le charbon vous tuait. Vengeance tellurique et cruel retour des choses dans cette étrange alchimie où l’homme-fossile devenait à son tour minerai. Qui n’a pas rêvé, comme Michel Clerbois, de ce boyau infiniment rétréci métamorphosé en une chaleureuse matrice, de cette lumière noire, de cette « camera oscura » dont quelques fragments photographiques échappés ornent aujourd’hui les murs de son exposition. » Ben Durant juin 2000

JPG - 18.3 ko
A Ste Barbe, Steenkoolmijn Zolder 26,01,1907 - 16,05,1997
installation de dimension variable, technique mixte extrait de Usine