LES 22 ET 23 JANVIER 2008

Forum "Travail et syndicalisme : changer le travail, changer la vie"

 
Organisé par l’Institut de recherches de la FSU avec la participation de la FSU et de ses syndicats nationaux, de la CGT, de l’US solidaires, de la CFE-CGC...

Forum "Travail et syndicalisme : changer le travail, changer la vie"

22 et 23 janvier 2008

au Conseil régional (salle Paul Delouvrier au 35 bd des Invalides - Paris 7ème - métro Saint François Xavier).

Cadrage

Les axes de travail et d’orientation proposés par le forum seraient :

- Quelle coopération entre syndicalistes et chercheurs, pour rendre le travail réel plus visible, en faire un vrai objet de recherche et de mobilisation syndicale.

- Développer le travail sur le réel du travail avec les salariés pour agir contre l’intensification du travail et amener les salariés à reprendre la main sur le travail.

- Transformer les situations de travail et les organisations du travail en luttant contre la psychologisation du traitement du travail dans les entreprises et les services, pour une dynamique de sortie positive de la "mal-vie" au travail, pour une organisation du travail porteuse du bien travailler..

- La démarche syndicale de transformation du travail n’amène-t-elle pas à s’interroger sur la transformation du syndicalisme et de l’activité syndicale militante ?

Problématique, objectifs, orientations pour le colloque

proposés par Christine Castejon et Yves Baunay.

Mouvement syndical et recherches sur le travail : l’heure de la rencontre, Pourquoi ? Pour quoi ? Comment ?

Le travail commence à sortir de l’ombre. La plupart du temps, parce que la souffrance déborde.

Comme à Renault-Guyancourt ou à France-Télécom, il n’est plus possible de ne pas entendre que quelque chose doit changer. Mais quoi ? Et comment ?

Deux approches se disputent l’interprétation de ce débordement :

- L’une considère que les individus ne tiennent pas le coup parce qu’ils sont fragiles, incapables de s’adapter à la " modernisation ", inquiets. Il faut les écouter, les rassurer, les soigner éventuellement.

- L’autre considère que si " maladie " il y a, c’est le travail et son organisation qui sont atteints.

Le forum " travail et syndicalisme " s’inscrit clairement dans la seconde optique. Mais le chantier est vaste. La question est complexe. Les débats vont s’intensifier.

Depuis longtemps les sciences sociales recueillent et analysent des données sur l’emploi, sur les organisations du travail, sur les systèmes de production. On en parle sans doute trop peu encore mais on commence aussi à réaliser que cela ne dit pas tout du travail. C’est que peu à peu s’accumulent des recherches, des études, des expertises qui explorent une dimension mal connue : que se passe-t-il pour chacun d’entre nous dans l’activité de travail ? Qu’est-ce qui donne éventuellement, une " valeur " au travail ? Comment cette activité individuelle s’articule-t-elle au travail collectif, à la construction des individus et de la société ?

De son côté, le mouvement syndical découvre qu’au delà des questions de l’emploi, de la déconstruction des protections sociales, des formes renouvelées de l’exploitation, il faudrait lutter contre l’intensification du travail, le travail intenable, celui qui altère la santé physique et psychique. Est-il si utopique de vouloir aussi reconstruire le travail comme expression des valeurs humaines ? Comment mobiliser les salariés à l’initiative du syndicat pour transformer le travail ?

A ne pas se poser ces questions, on laisse le champ libre à une conception du travail qui le détache de tout enjeu social (à quoi sert-il ? Qui a le droit d’en définir les contours, les conditions, le contenu ?) et par contre-coup lui fait perdre sa dimension de lien. Or un travail qui ne permet pas de cultiver le rapport aux autres et à soi-même, un travail dans lequel on est contraint à l’isolement et à la concurrence, et empêché de faire un travail de qualité, devient destructeur à la fois pour chacun et pour le collectif.

L’Institut de recherches de la FSU convie les organisations syndicales et les militants à un forum qui ne prétend pas tout explorer mais propose un chantier commun : Comment le mouvement syndical peut-il intégrer les questions du travail dans sa pratique ?

La discussion s’appuiera sur des expériences, déjà en cours, de rencontres entre les préoccupations syndicales et les chercheurs-praticiens en analyse du travail. Que nous disent-elles des potentialités d’une prise en compte des questions du travail, de ses modalités possibles aussi, qu’en pensent ceux qui en sont les protagonistes ?

Mais les expériences ne prétendent pas être des modèles. Elles nous posent plutôt le problème d’un élargissement de la perspective. Comment passer d’expériences isolées à une prise en compte au niveau qu’exige la dégradation accélérée des situations de travail ? Peut-il y avoir transformations du travail sans transformation des pratiques syndicales ?

Christine Castejon, Yves Baunay

La revue Nouveaux Regards n°37-38 comporte un dossier important sur le travail, dont la lecture critique est vivement conseillée.

Déroulement prévu des deux journées

mardi 22 janvier

9H à 9H30 : accueil des participants

9H30 Introduction : Jacques Duraffourg ou Christine Castejon. Le travail sur le travail replacé dans une perspective historique.

10H Table ronde : Comment le travail est-il travaillé par les chercheurs et par les syndicalistes ? Quelles demandes chaque acteur peut-il adresser à l’autre ?

Chercheur(e)s : Dominique Lhuillier, Bernard Dugué, Yves Clot

Syndicalistes : FSU, US Solidaires, CGT, CFE CGC, Laurence Théry

Animation : Christine Castejon, Yves Baunay

12H30 - 14H Déjeuner

14H Débat autour d’un cas : le travail au centre de Renault Guyencourt

Présentation par des syndicalistes du centre.

Animation par la CGT (Yves Bongiorno, Vincent Neveu, Jocelyne Chabert)

15H30 - 16H Pause

16H - 17H30 Débat autour d’un cas : le travail à France-Telecom

Présentation par des syndicalistes de l’entreprise

Animation : Sud PTT , Pierre Khalfa, Angeli Verveine.

19H Débat autour d’un film sur le travail. Portraits au travail (sur fond blanc)

Animation : par l’équipe de Philippe Davezies, Formation et Action Citoyenne (FAC), Marie-Anne Dujarier

mercredi 23 janvier

9H - 10H30 Débat autour d’une pratique d’intervention

- Présentation par Yves Schwartz d’une forme d’intervention pour une transformation du travail à long terme.

- Un groupe de rencontre au travail de l’Institut National de Recherche Sécurité (INRS) avec Bernadette Venner, chercheure. (sous réserve)

- Coopération recherche syndicalisme à l’ANPE. SNUTEF-FSU et Muriel Prévot-Carpentier, chercheuse.

Animation : Sylvette Uzan-Chomat, du SNUTEFI-FSU

10H30 - 11H Pause

11H - 11H30 Débat autour d’un cas : le travail enseignant

Présentation par des syndicalistes du SNES, du SNUIPP et des chercheurs (Jean-Luc et Danièle Roger).

12H30 - 14H Déjeuner

14H - 17H Débat général

Syndicalistes et chercheurs se tournent vers l’avenir. Quelles perspectives pouvons-nous tracer pour changer le travail ?

Responsabilités de la recherche, Responsabilités du mouvement syndical.

Animation : Yves Baunay et Christine Castejon.

17H - 17H30 Clôture

Un label du Centre de Formation de la FSU permet d’obtenir une autorisation d’absence pour participation à un stage syndical. (À déposer auprès du chef d’établissement un mois avant la date du stage.)

Inscrivez-vous après de l’Institut de recherche de la FSU : institut@institut.fsu.fr.

Envoyez vos remarques à Yves Baunay ( ybaunay@free.fr )

Rappel : sur le site de l’Institut la page http://institut.fsu.fr/chantiers/travail/2007-2008.htm permet de retrouver les informations, et les documents nécessaires (inscription, formulaire d’autorisation d’absence...).