Objets-chômages

 
Photographies Karine Lhémon
Solidarités Nouvelles face au Chômage
et les éditions "le Bec en l’air"
JPG - 11.8 ko
Christine G., 50 ans, La Roche-sur-Yon
J’ai mis un point d’honneur à m’acquitter de toutes mes factures courantes ainsi que de mon impôt sur le revenu correspondant à l’année précédent mon licenciement. De ce fait, les fins de mois sont difficiles et, en 2004, j’ai eu faim alors que je n’avais plus d’argent pour m’acheter à manger. Tout est question de priorité et, quand on recherche un emploi et que l’on met l’accent sur sa présentation à des entretiens d’embauche, on se retrouve en face d’un employeur potentiel mais avec l’estomac vide.
JPG - 11.7 ko
Saliha F., 39 ans / Paris
Le montant équivaut à pratiquement la moitié de mes revenus mensuels... Et je m’accroche quand même.
JPG - 16.8 ko
Odile T., 43 ans / Paris
Le fait d’être au chômage veut dire restriction, et je me dis comment je peux réduire mon budget. Le loyer, etc..., sont incompressibles alors je diminue de 40% le montant de la colonne nourriture, donc je vais chez Lidl, la qualité des produits n’est plus pour moi. Dans ces moments-là, je me sens insignifiante, vide et je me dis où je vais aller. Et la peur de ne pouvoir s’en sortir...
JPG - 31.8 ko

Pour la première fois la parole est donnée dans un beau livre à des chômeurs, hommes et femmes, de tous âges et et de toutes origines sociales. Réalisé en partenariat avec l’association Solidarités nouvelles face au chômage, il propose à quarante d’entre eux d’associer à leur situation un objet symbolisant leur période de chômage. Leur choix est varié, personnel, souvent émouvant : un ticket de métro, montre, abeille enfermée dans un bocal , Figaro du lundi, bougie d’anniversaire, sac plastique vide d’un magasin bon marché, guirlande de Noël, boîte d’anxiolytique…

Ce travail a fait l’objet d’un livre édité par Le bec en l’air et a été réalisé en collaboration avec l’association Solidarités Nouvelles face au Chômage.
« Les demandeurs d’emploi devraient être les premiers à s’exprimer sur leur situation. C’est cela, précisément, la démocratie. Nous en sommes loin. Le plus souvent, on parle moins d’eux que du problème désagréable qu’ils posent… aux autres. » : Jean-Baptiste de Foucauld, président fondateur de cette association.

Ces témoignages sont complétés par un texte d’Arnaud Catherine qui donne à entendre les voix, parfois cruelles, de notre société .

À l’origine du projet, ces modestes objets de notre quotidien, soigneusement pensés par leurs auteurs, révèlent l’univers dans lequel se trouvent aujourd’hui près de 2,5 millions d’hommes et de femmes, marginalisés par une société qui les ignorent.
Au-delà des chiffres, les images de Karine Lhémon « vise à recréer ce monde commun entre chômeurs et non-chômeurs qui a petit à petit disparu » (J-Baptiste de Foucauld) et questionne ainsi les masques de notre humanité.
Le travail de Karine Lhémon, a été sélectionné pour la 26ème Bourse du Talent sur le thème du portrait en juin 2005 et a bénéficié d’une large couverture médiatique (« Grand angle » dans Libération, France Inter, Le Monde …)

"Objets-chômages" est vendu 18 €, au profit à l’association Solidarités Nouvelles face au Chômage.
Le site : www.snc.asso.fr