La déroute

 
Entrez sans frapper
JPG - 23.6 ko

La Déroute, pastiche d’un célèbre catalogue de vente par correspondance, réalisé par l’artiste Nicolas Simarik et par 600 habitants du quartier réputé difficile d’Empalot à Toulouse, a été officiellement présenté lundi 30 octobre 2006 à Toulouse.
Fruit d’un an et demi de travail, ce catalogue "détourné", à première vue semblable à son "grand frère" de La Redoute, leader français de la vente par correspondance, montre en 1.236 pages la diversité du quartier et des habitants d’Empalot et vise, selon les initiateurs du projet, à "rectifier les préjugés" contre les cités de banlieue. “Les médias mettent l’accent sur les choses négatives dans les quartiers. On parle essentiellement des voitures brûlées, des violences. J’ai voulu rectifier cela avec un pavé d’images, mettre l’accent sur les choses positives”, a déclaré Nicolas Simarik lors d’une conférence de presse organisée à l’occasion de la sortie de La Déroute. L’objectif est “d’améliorer le regard que l’on porte sur les quartiers”, a ajouté Isabelle Tardiglio, directrice de l’association "Entrez sans frapper", à l’origine du projet.
Un total de 22.000 photos d’habitants d’Empalot, adoptant des poses similaires à ceux des mannequins de La Redoute pour présenter des articles à la vente, ont été prises par l’artiste.
Quelque 650 exemplaires de La Déroute, sur un tirage total de 6.000 exemplaires, ont été distribués gratuitement aux participants lors d’une "fête de la signature" organisée dans un gymnase d’Empalot en présence de représentants d’organismes publics et privés ayant financé le projet. Les autres exemplaires sont mis en vente au prix de 14 euros dans les librairies.